éducation à la santé

 Enfants du Monde propose des sessions d'éducation à la santé

 

Dans les pays pauvres, par manque d’éducation à la santé, la population locale ne dispose souvent pas du savoir de base pour pouvoir se soigner et rester en bonne santé ou prendre les bonnes décisions en cas de maladie ou d’urgence. Les familles ne savent pas, par exemple, qu’une femme enceinte doit faire des contrôles prénataux ou que des saignements peuvent être un signe de complication.

Ainsi, la mortalité des femmes enceintes, mères et bébés reste élevée malgré l’effort conjoint des Etats et organisations d’améliorer et d’élargir l’offre de soins. Enfants du Monde propose chaque année des cours de sensibilisations à la santé gratuits des milliers de femmes enceintes ainsi qu'aux futurs pères et les autres membres de la famille. Grâce à ces cours d'éducation donnés par du personnel de santé, ou lors de théâtres de rue ou d’émissions radio, les participants apprennent à améliorer leur santé. En plus, une carte de préparation à l’accouchement, distribuée à toutes les femmes enceintes, les aident à mieux se préparer à ce moment crucial dans leur vie.

 

Nos points forts:

  • Les femmes enceintes, les futurs pères et les autres membres de la famille apprennent comment rester en bonne santé pendant la grossesse, par exemple en s’alimentant correctement.
  • Les familles savent comment agir en cas de complication pendant la grossesse ou l’accouchement et se sont préparées pour mettre en œuvre les bonnes actions.
  • Les mères connaissent les soins de base à prodiguer au nouveau-né et les maladies les plus courantes.
  • La carte de préparation à l’accouchement implique toute la famille et facilite les discussions pour préparer au mieux l’accouchement.
  • Les contrôles pré- et postnataux ainsi que le nombre d’accouchements ayant lieu aux centres de santé en présence de personnel de santé qualifié, ont augmenté.
  • Les naissances à la maison avec l’assistance de sages-femmes non-formées ont diminué.
  • Les femmes connaissent leurs droits en matière de santé. Elles savent par exemple qu’elles ont le droit de recevoir des soins qualifiés au centre de santé et qu’elles n’ont pas besoin de l’avis favorable de leur mari pour aller consulter un médecin.
  • Au Burkina Faso, des cours spécifiques destinés aux maris changent le comportement des hommes: allant au-delà des traditions, ils soutiennent leur femme enceinte dans son quotidien et s’impliquent dans le suivi de la grossesse.
  • Au Salvador et au Burkina Faso, des cours à la santé ont été introduit dans des écoles et des centres de formation afin de diminuer les grossesses précoces.