À la demande du Ministère de l’éducation guatémaltèque (MINEDUC), Enfants du Monde déploie son programme d’éducation bilingue et interculturelle au Guatemala, en tenant compte des caractéristiques linguistiques et ethniques du pays. En effet plus de de 40% de la population guatémaltèque appartient à l’une des ethnies mayas.

ACTU EDUCATION BILINGUE GUATEMALA 2Un programme en langue maya Kaqchikel et en espagnol pour tenir compte des caractéristiques linguistiques des enfants.

Du matériel scolaire adapté au quotidien des enfants, en espagnol et en langue maya

Malgré les efforts du Ministère de l’éducation pour promouvoir un enseignement dans la langue maternelle des enfants, un Guatémaltèque sur cinq ne sait ni lire ni écrire. Seuls 3 % des élèves du pays déclarent avoir appris à lire et à écrire dans une langue différente de l’espagnol alors que bon nombre d’entre eux ne le parlent pas à la maison. Outre le problème de la langue, le faible niveau de formation des enseignant·es se trouve aussi en lien avec celui des performances nationales.

0001

Pour améliorer la situation, Enfants du Monde forme des spécialistes qui à leur tour accompagneront pédagogiquement des formateurs/trices et des enseignant·es. Nos équipes élaborent, avec les acteurs/trices locaux/locales, du matériel pédagogique ancré dans la culture et l’environnement quotidiens des enfants. Proposant une alternance de l’espagnol et la langue maya locale, les supports didactiques bilingues contribuent à la mise en œuvre d’un enseignement culturellement et linguistiquement pertinent et à une assimilation facilitée des matières.

actu guatemala fruits2

actu guatemala fruits1

 

Le programme impacté par la crise sanitaire

La mise en place et le maintien du programme d’éducation bilingue et interculturelle n’ont pas été aisés à organiser durant la crise sanitaire car les élèves se rendent à l’école de façon intermittente depuis 2 ans. Enfants du Monde a ainsi formé à distance les enseignant·es et a renforcé leurs capacités à enseigner eux-mêmes en mode virtuel ou hybride. A la demande du Ministère, nous avons également accompagné le développement de manuels d’autoapprentissage à utiliser à la maison pour les élèves et des programmes éducatifs radiodiffusés. Autant de démarches intéressantes à poursuivre et à proposer dans les régions où l’accès à l’école est limité.

ACTU EDUCATION BILINGUE GUATEMALA 3Pedro Morejon - formateur local, département de Chimalternango / Mathieu Savoy - collaborateur pédagogique, Enfants du Monde / Martha Celia Sandoval - l’une des 2 coordinatrices pédagogiques du programme / Hector Mó - formateur local, Département d’Alta Verapaz / Maria Balaguer -chargée de programme Enfants du Monde, bureau de coordination régionale en Amérique latine / Floricelda Saquil - formatrice locale, département d’Alta Verapaz

Un premier bilan qualitatif du programme

Mathieu, collaborateur pédagogique des programmes Education d’Enfants du Monde, connaît bien le pays, sa culture, ses populations. Cela fait plusieurs années qu’il collabore au sein du programme et aujourd’hui en partenariat avec CIPREVICA (Centre de recherche pour la prévention de la violence en Amérique centrale). La semaine passée, il a effectué une visite de suivi qualitatif du programme d’éducation bilingue et interculturelle auprès d’enseignant·es et de classes du Département de Chimaltenango. Cette région, où la majorité des habitants sont des descendants des Mayas Kaqchikel, se situe au sud de la capitale Guatemala City.

L’enjeu de la mission de Mathieu réside notamment en un appui technique à l’équipe pédagogique de CIPREVICA pour la réalisation du suivi qualitatif des enseignements et des apprentissages dans un échantillon d’écoles et au regard des principes de qualité conduits par Enfants du Monde dans tous ses programmes éducatifs.

« Ce premier suivi a pour but de mieux comprendre les réalités dans les écoles en lien avec le programme d’éducation bilingue et interculturelle et d’estimer ses effets sur les pratiques éducatives. Ce diagnostic établira un premier jalon qui permettra de suivre dans la durée l’évolution des pratiques pédagogiques. Ce premier bilan permettra d’apporter des modifications dans la conception des formations et du matériel pédagogique pour bénéficier à l’ensemble des écoles des zones d’intervention du programme, voire plus largement dans le reste du pays. » Mathieu, collaborateur pédagogique d’Enfants du Monde.